fbpx skip to Main Content
Vrai Ou Faux : 5 Mythes Expliqués Pour Maximiser La Durée De Vie De Votre Toiture

Vrai ou faux : 5 mythes expliqués pour maximiser la durée de vie de votre toiture

Peu importe leur composition, nos couvertures remplissent plusieurs fonctions; elles nous protègent du froid et de la neige tout en nous permettant de demeurer au sec.  Il est donc normal que nous voulions en prendre bien soin.  Les experts de Legault-Dubois démystifient 5 légendes urbaines touchant les toitures afin que vous puissiez mieux orienter vos interventions et ainsi économisez sur le long terme.

Des doutes quant à l'état de votre toiture ?

Faites appel à nos inspecteurs pour obtenir l’heure juste et éviter des dégâts onéreux

  1. L’âge d’une toiture demeure le facteur prédominant quant à l’efficacité d’une toiture.

Faux.  Trop d’inspecteurs en bâtiment ne prennent pas le temps d’examiner la toiture, préférant se baser sur l’âge de cette dernière pour poser un diagnostic.  Pourtant, beaucoup d’autres facteurs influencent la durée de vie utile d’une couverture : la qualité du revêtement, la méthode de pose utilisé, l’exposition au soleil, la température de l’entretoit l’hiver autant que l’été (surchauffe).  Pour juger de l’état d’une toiture, les inspecteurs de Legault-Dubois préconisent une inspection rapprochée à chaque fois que la situation le permet suivi d’un tour dans l’entretoit.  Cette visite leurs permet de vérifier certains indices qui en disent long sur l’état de la couverture.  La présence de cernes sur les fermes, de traces de gouttelettes sur l’isolant et de rouille sur les clous sont tous des signes pointant vers un problème d’infiltration d’eau ou de condensation excessive (chronique du 15 janvier).

  1. La présence de bardeaux gondolants est un signe de détérioration

Vrai.  Les bardeaux d’asphaltes sont parfois victime d’un effet de gondolement généralement causé par un mouvement du support sur lequel ils sont posés.  Ces supports, fait de planches de bois, se contractent ou gonflent à différentes température, selon leur teneur en humidité.  La différence entre le retrait ou dilatation de deux planches fera gondoler les bardeaux qu’elles supportent.  Ses mouvements peuvent éventuellement mener à la fissuration des bardeaux et conséquemment à des infiltrations d’eau.  Installer les bardeaux sur un contreplaqué d’extérieur plutôt que sur des planches de bois règlera en grande partie le problème pour le futur.

  1. Les bardeaux peuvent se déformer légèrement au bord sans affecter la durée de vie

Vrai.  il est possible que les bardeaux longeant le rebord de la toiture se déforment tandis que le reste du revêtement demeure bien plat.  Ces petites bosses peuvent avoir plusieurs causes : des clous ou agrafes soulevés, un corps étranger (feuille, cailloux) entre deux épaisseurs de bardeaux, un ancien revêtement mal retiré, etc.

Ces entrebâillements sont purement esthétiques et facilement corrigeables.  Il suffit de faire adhérer la partie relevé au bardeau à l’aide d’une colle de traitement à chaud.  Dites-vous que si ces déformations ne dépassent pas 1/2 pouce (12mm) de hauteur, elles ne sont pas sujettes à provoquer des fuites ou à causer l’arrachement de bardeau par le vent.

  1. La présence de granules dans le système de gouttière laisse présager de la fin d’une toiture

Vrai et faux.  Durant leur fabrication des granules sont appliqués sur la couche supérieure d’enduit d’asphalte des bardeaux encore chaud.  Pour s’assurer de complètement couvrir le bardeau, une trop grande quantité de granules est utilisée.  Ces granules jouent un rôle bien plus important que celui de l’esthétique.  Ils servent à protéger l’intégrité des bardeaux contre les éléments atmosphériques comme le vent ou les rayons solaires ultraviolets.

il est normal, au cours des 2 années suivant l’installation de la nouvelle couverture, que cet excès de granules se détache puis se retrouve dans les gouttières ou au bas des descentes pluviales.  Cependant, si vous remarquer un détachement continue des granules après ce délai nous vous recommandons de vérifier la couverture pour des bardeaux dépourvus de granules.

  1. De longues coulisses noirâtres sur la toiture peuvent s’avérer sans conséquence autre qu’esthétique

Vrai.  Ces coulisses sont le résultant de la prolifération d’un type d’algue appelé Gloeocapsa.  Ce phénomène se manifestait principalement sous les climats plus chauds et humides du sud mais il est devenu, au cours des dernières années, de plus en plus fréquent au Canada.  Ces algues sont difficiles à éliminer complètement et nos experts déconseillent fortement de tenter de s’en débarrasser par lavage sous haute pression car cela pourrait endommager les bardeaux.  Un mélange d’eau de javel et d’eau pourra à tout le moins vous permettre de minimiser leur impact visuel.  Nous vous rappelons d’être extrêmement prudent lorsque vous aventurer sur la toiture car la préparation d’eau de javel peut rendre la couverture glissante.  Aussi, assurez-vous que la solution ne touche aucun autre élément accidentellement car elle pourrait en altérer la couleur.

En terminant, les inspecteurs de Legault-Dubois tiennent à vous rappeler que l’eau de pluie peut être recueillie pour divers usages domestiques comme l’arrosage des plantes et du jardin mais jamais pour la consommation.  En fait, nous ne devrions pas utiliser cette eau ni pour la cuisine ni pour le lavage car même si les bardeaux sont considérés comme sécuritaire en terme de contamination des eaux, l’eau de pluie recueille bien d’autres contaminants qui se retrouve sur la couverture : poussières portées par le vent, insectes morts, algues, fientes d’oiseaux, déjections de rongeurs, etc. Cliquez ici pour en apprendre plus sur l’ensemble de nos services résidentiels.

Back To Top