fbpx skip to Main Content
Une Maison Sans Frais De Chauffage Ni D’électricité, Est-ce Possible ?

Une maison sans frais de chauffage ni d’électricité, est-ce possible ?

Année après année les normes de construction deviennent plus exigeantes au fur et à mesure que les matériaux et techniques évoluent. De temps à autre, un projet ressort du lot et repousse les limites de l’efficacité en proposant une nouvelle manière de faire. C’est le cas du projet de la compagnie Construction Voyer, un projet national de démonstration de consommation énergétique nette zéro, au sein duquel les experts de Legault-Dubois ont été appelés à jouer un rôle.

Problème de consommation énergétique ?

Profitez des conseils de nos évaluateurs énergétiques pour minimiser vos coûts

Entrepreneur comptant parmi le plus grand nombre de constructions répondant aux normes Novoclimat au Québec, Construction Voyer a été le seul constructeur de la province sélectionné dans le cadre du tout nouveau projet national de démonstration de consommation énergétique nette zéro. En tout, c’est six unités en copropriétés qui seront construites dans le projet Val-des-Ruisseaux à Duvernay-Est, Laval.

Mais qu’est-ce qu’une maison nette zéro exactement ? En fait, le principe de ce type d’habitation fait en sorte, qu’au cours d’une année, elle produit autant d’énergie qu’elle en consomme. Et ici, il est important d’insister sur le fait qu’une maison nette zéro n’est pas auto-suffisante au point de vue énergétique, car elle demeure branchée sur le réseau d’alimentation électrique afin de combler ses manques en périodes de pointes énergétiques. Prenons un froid mois de février pour bien illustrer son fonctionnement. Durant cette période, la maison nécessite plus d’énergie qu’elle en produit et va donc combler la différence à même le réseau électrique accessible. Au contraire, l’été alors que ses besoins sont inférieurs à sa production, la maison nette zéro retournera ses surplus vers le réseau électrique. À la fin de l’année, une fois les comptes fait, les surplus énergétiques produits par une maison nette zéro devraient compenser pour sa consommation auprès du réseau électrique.

Pour parvenir à un tel équilibre, les constructeurs se basent sur trois grands principes :

  1. la production optimale d’énergie : il est possible de transformer l’énergie solaire en courant électrique grâce à des panneaux photovoltaïques installés sur les toitures.
  2. l’utilisation maximale de l’énergie solaire passive : l’orientation du bâtiment et le choix de l’emplacement des fenêtres, entre autres, jouent un grand rôle sur la quantité d’énergie solaire passive qu’un bâtiment peut récolter et maintenir, ce qui diminue grandement les besoins en chauffage.
  3. la conservation rigoureuse de l’énergie : moins un bâtiment perd d’énergie, moins grand seront ses besoins en apport énergétique, ce qui rend la réalisation d’une maison nette zéro plus accessible. Et pour y parvenir, il y a bien entendu l’isolation, le choix de fenêtres et d’appareils écoénergétiques et, aspect que plusieurs oublis, mais qu’il ne faut pas négliger, l’étanchéité à l’air.

L’étanchéisation à l’air d’une maison permet d’éliminer les courants d’air et les pertes d’énergie tout en réduisant les risques de voir de l’humidité pénétrer dans les murs et l’entretoit. Il est donc important, dans une optique d’optimisation de l’efficacité énergétique d’une maison, de s’attaquer aux fuites d’air de prime abord en installant ce que l’on appelle un système pare-air efficace.

Pour ce faire, il y a deux techniques bien distinctes dont la plus connue est sans contredit le système pare-air intérieur qui consiste en un film de polyéthylène (pare-vapeur) avec les contours et jonctions cachetés à l’aide de scellant acoustique et de ruban adhésif. Il s’agit d’une méthode très efficace si elle est bien mise en place, mais qui trop souvent a des faiblesses (déchirures accidentelles avant la pose des cloisons sèches, trous pour l’électricité ou la plomberie mal scellés, manque de continuité entre les murs et le plafond, etc.).

La seconde technique, quant à elle, consiste à utiliser des panneaux d’isolant rigides pour recouvrir entièrement la surface extérieure du bâtiment. Une fois ces panneaux en place, tous les joints sont scellés avec du ruban adhésif et les ouvertures sont comblées avec de la mousse expansive. Cette méthode est la plus efficace des deux illustrées ici pour la simple et bonne raison qu’elle est sujette à moins d’intervention une fois en place. Un jour, un sage a dit qu’il était plus facile d’emballer un cadeau par l’extérieur que par l’intérieur et que cette vérité de Lapalisse s’appliquait aussi aux systèmes d’étanchéité d’un bâtiment.

Dans le projet de condos à consommation énergétique nette zéro de Construction Voyer, la compagnie Owens-Corning, bien connu pour son isolant rose, à mis ses propres produits d’étanchéité à l’épreuve. Elle a accepté que les experts de Legault-Dubois effectuent des tests d’infiltrométrie visant à déterminer l’étanchéité du système pare-air du bâtiment en question et de voir ainsi la réelle efficacité de leur produit.

Le premier test a été effectué avant que l’isolant de laine et les pares-vapeurs intérieurs ne soient en place afin de faciliter l’identification des fuites d’air. Il n’y avait donc rien d’autre que les panneaux d’isolant du système d’Owens-Corning pour bloquer les infiltrations d’air. Les résultats ? Un taux de changement d’air à l’heure (CAH/50) de 0.77 (alors que la moyenne québécoise pour une maison construite entre 1980-89 est de 4.8) et une surface de fuite équivalente de moins de 32 pouces carrés ! Autrement dit, si nous prenons l’ensemble de toutes les minuscules fuites dans tout le bâtiment et les rassemblons en un seul grand trou, cette ouverture ne serait pas plus grande qu’une petite tablette électronique ou qu’un livre de poche.

Bien qu’il reste encore beaucoup de boulot avant de voir les premiers résidents prendre possession de leur condo à consommation énergétique nette zéro, il faut dire que le projet de Construction Voyer est bien parti. C’est grâce à de telles initiatives que l’industrie est capable d’améliorer ses techniques qui deviendront les normes de demain. Nous vous invitons à visiter le site du projet Val-des-Ruisseaux et à suivre le projet en temps réel en cliquant ici. Ou encore visitez notre page de services pour entrepreneurs et professionnels en cliquant ici.

Back To Top